Bashar ALLAF

Je suis venu tardivement aux arts martiaux.
J’ai fait mes débuts avec le Karaté, après plusieurs années de pratique du karaté shotokan, j’ai découvert l’aikido.
Pendant de longues années de pratique, j’ai pu profiter de l’expérience de plusieurs professeurs d’aikido, et je pratiquais différents styles auprès d’enseignants qui sont des disciples directs des grandes maitres comme Masamishi Noro , Yoshimitsu Yamada, et André Noquet.
J’ai rejoint le club de Courbevoie en 2010.

Pour moi l’aikido est un art de vivre, qui développe plusieurs facultés :

  • art de combat
  • contrôle de soi
  • harmonie
  • et non agressivité envers les autres.

Cette multiplicité fait que chaque pratiquant de l’aikido va être séduit par l’un ou l’autre de ses aspects tout en acquérant l’ensemble des bienfaits de cet art.

Par ailleurs, la pratique de l’aikido ne nécessite pas de performances sportives ou athlétiques particulières.

Tout ça fait de l’aikido un art adapté à tous et une activité qui apporte un bien être à chaque pratiquant.
Bashar ALLAF

Philippe DUC

Philippe DUC

Après quelques années de karaté, Philippe s’est orienté vers l’Aïkido. Il a côtoyé de nombreux enseignants, en France, à l’étranger et lors d’un séjour au Japon. En France, ses principaux enseignants ont été Louis Boileau, Alain Floquet, Pascal Durchon, Alain Tendron et Jean-François Douche. Aujourd’hui il se perfectionne en suivant les cours de Bernard Palmier et Christian Tissier.

Il est 5e DAN, brevet d’Etat et enseigne à l’Aïkido Club de Courbevoie depuis 2001.

Il a également pratiqué la boxe thaïe, le Ju-Jitsu.

Le mot du prof :
« L’aïkido est polymorphe dans son expression et on doit essayer de dépasser le côté purement mécanique ou reproduisant les techniques vues pour apprendre à s’exprimer dans le cadre de l’Aïkido. Sinon on risque de figer sa pratique. De plus une pratique qui ne serait que reproduction ad integrum de ce qui est appris est antinomique par rapport aux principes humains : comment imaginer que pour une attaque avec un partenaire donné une personne qui mesure 160 cm et pèse 55 kg fasse exactement le même mouvement qu’une autre de 195 cm et 98 kg ? »